Fashion Revolution Day: où sont fabriqués vos vêtements?


Une campagne sera lancée par le collectif Fashion Revolution sur les réseaux sociaux pour inciter les marques de mode à plus de transparence, ce vendredi, date commémorative du drame du Rana Plaza au Bangladesh.

Le Fashion Revolution Day invite les marques à plus de transparence

(Courtesy of Fashion Revolution)

LA CAMPAGNE

Lancé par la créatrice de mode et militante Carry Somers, le mouvement Fashion Revolution Day incite à interpeller les grandes marques de mode sur les réseaux sociaux ce vendredi 24 avril 2015, jour de l'anniversaire de la catastrophe au Rana Plaza qui avait tué 1138 ouvriers du textile et blessé plus de 2000 autres au Bengladesh.

L'objectif de cette campagne mondiale est d'exiger la transparence, peut ont lire sur le site Fashion Revolution Day France. Fashion Revolution Day invite les consommateurs à se demander qui a fait leurs vêtements, d'imaginer le chemin qu'ils ont suivi du cultivateur de la matière première, du filateur, du teinturier jusqu'au confectionneur et au distributeur.

Nous croyons en une industrie de la mode qui valoriserait les hommes, qui respecterait l'environnement, qui n'aurait pas de limite créative, et qui serait rentable, le tout dans une égale mesure.

Les internautes sont invités à se prendre en photo avec leur vêtements à l'envers, laissant apparaître l'étiquette de la marque sur le devant, à partager le selfie sur les réseaux sociaux et à mentionner la marque concernée (un document liste les comptes facebook et instagram) en demandant #WhoMadeMyClothes (qui a fabriqué mes vêtements ?) avec le #JeVeuxSavoir en version française, ils peuvent également télécharger une pancarte.

En 2014, le mouvement avait été suivi par des dizaine de milliers de personnes, mais à l'exception des marques telles que ESPRIT, Eileen Fiesher, G-STAR RAW, très peu de marques se sont impliquées, a affirmé l'organisatrice.

Celles qui ont répondu n'ont pas donné de réponses très satisfaisantes, expliquant verbalement que leurs usines respectaient les meilleurs critères éthiques, nous relate Carry Somers, créatrice de la marque de chapeaux Pachacuti, fabriqués en Equateur.

En France, les députés ont adopté fin mars en première lecture une proposition de loi contraignant les multinationales à prévenir les atteintes aux droits de l'homme et à l'environnement de leurs sous traitants étrangers, un texte qualifié de premier pas historique pour les ONG. Début avril, une lette ouverte a été envoyée par les représentants français de Fashion Revolution au Ministre de Affaires Etrangères, Laurent Fabius.

Sources @lexpress.fr

#ECOFASHION #ENVIRONEMENT #fashrev #whomadeyourclothes #fashionrevolutionday #carrysomers #JeVeuxSavoir #Bengladesh #RanaPlaza #transparence

18 vues
  • Facebook
  • Twitter
  • Instagram

a propos

           

LE SENS INVERSE propose des ateliers de conseil en développement aux petites et moyennes entreprises à travers une communication positive engagée et durable. 

Nos Ateliers :

"Structurer son projet"

"Construire son identité de marque durable"

"Créer sa boutique éphémère & éthique"

 

contact@lesensinverse.com

06 85 43 00 96